Nettoyage industriel : les mesures d'hygiène au travail

Le 04/07/2019

Respecter des règles d’hygiène est essentiel dans le milieu professionnel, notamment lorsque les travailleurs sont exposés aux toxiques chimiques et contaminants biologiques de manière intense et prolongée. Par conséquent, l’employeur est tenu de mettre en place des mesures d’hygiène permettant de limiter les risques de maladies et améliorer les conditions de travail des salariés. 

Quels sont les risques d’une mauvaise hygiène au travail ?

La gestion des risques liés à l’hygiène au travail porte sur l’environnement du travail en lui-même (air inhalé, eau et aliments ingurgités, surfaces touchées). En effet, l’utilisation de produits chimiques toujours en hausse dans de nombreux secteurs d’activités (industriels, artisanaux, …) expose les salariés à des risques de toxicité aiguë ou chronique.

Les contacts avec ces agents chimiques, biologiques ou radioactifs peuvent se faire par ces voies d’accès :

  • Voie respiratoire (jusqu’aux alvéoles pulmonaires).

L’inhalation de fumées et poussières minérales (silice, composés de plomb et d’autres métaux, fibres ...) ou organiques ou d'endotoxines présentes dans l'atmosphère, provoque l’apparition de pathologies respiratoires aigues ou chroniques et de cancers pulmonaires.

  • Contact cutané (et pénétration plus ou moins profonde à travers l’épiderme et le derme).

Le contact cutané ou projection oculaire avec des agents toxiques entraîne généralement des démangeaisons et irritations, des gênes et impressions de brûlure, voire des crevasses, desquamations jusqu’à des lésions plus ou moins importantes de l’épiderme.

  • Voie digestive (ingestion par voie orale et déglutition).

La pénétration digestive, manuportée ou ingérée, s’opère par déglutition de particules de poussières ou gouttelettes de liquide. Cette pénétration par voie orale est souvent une ingestion accidentelle ou par déglutition de produit, soit en mangeant de la nourriture, soit en portant les mains ou les objets souillés à la bouche. 

De plus, il est à noter que le risque de pénétration par contact cutané ou par voie digestive est encore trop sous-estimé.

Les règles d’hygiène au travail à charge de l’employeur

Les installations sanitaires

Les salariés doivent pouvoir assurer leur propreté individuelle sur les lieux de travail, l’employeur doit donc mettre à disposition des vestiaires (sièges et armoires individuelles ininflammables, munies d’une serrure ou d’un cadenas, …), des lavabos (avec eau potable et des moyens de nettoyage, essuyage, séchage), des douches, des cabinets d’aisances (non mixtes, et accès handicapé).

La consommation

Un local de restauration doit être prévu, il s’agit d’un lieu propre conforme aux bonnes conditions d’hygiène et de sécurité. Lorsque le nombre de salariés désirant manger sur place est supèrieur à 25, ce local doit également comporter :

  • Un moyen de conserver ses aliments (frigo,...) ;
  • Une installation permettant de réchauffer les plats (micro-ondes, four, …) ;
  • Un robinet d’eau potable fraîche et chaude pour 10 usagers.

Le bruit, l’éclairage et la température

Le niveau du bruit doit être réduit au plus bas possible (seuil légal de 85 décibels), l’éclairage doit être suffisant pour éviter la fatigue visuelle, la température doit être raisonnable (chauffage en hiver). L’employeur devra prendre en considération l’avis du médecin du travail, du CHSCT ou, à défaut, du délégué du personnel.

Les aérations

La qualité de l’air est également à prendre en compte afin de prévenir les risques respiratoires. Ainsi, l’employeur doit renouveler l’air de façon à maintenir un état de pureté de l’atmosphère. La réglementation s’applique essentiellement aux locaux fermés où le personnel est appelé à séjourner.

Les vêtements de travail

Les vêtements de travail servent à protéger le travailleur d’éventuelles salissures, à constituer une barrière entre l’environnement de travail et son corps. Ces vêtements peuvent également être des vêtements de protection afin de protéger le salarié des accidents ou des intempéries. 

Le nettoyage des locaux et équipements de travail

L’assainissement de l’atmosphère ambiante et des locaux doit être fait de manière périodique. 

Il s’agit de réaliser un nettoyage des sols (adaptés à la nature des revêtements de sol), une désinfection hebdomadaires de certains points sensibles (poignées, interrupteurs, …), un nettoyage des instruments de travail (claviers, souris, machines, …) et d’adapter les mesures aux besoins des locaux.

 

L’employeur est chargé de sensibiliser ses employés et leur inculquer les principes d’hygiène en général. En contrepartie des obligations des employeurs en matière d’hygiène, le salarié se doit d’adopter un comportement en accord avec ces principes et de se conformer aux instructions : lavage des mains, port des vêtements de travail, hygiène alimentaire, ....

Confiez la propreté de vos locaux aux experts de CEJIP GROUPE ! 

En savoir plus sur ce service : https://www.cejip.fr/metier/proprete/nettoyage-industriel/ 

Faire une demande de devis en ligne gratuitement : https://www.cejip.fr/formulaire-client/

Sources :

http://www.officiel-prevention.com/sante-hygiene-medecine-du-travail-sst/service-de-sante-au-travail-reglementations/detail_dossier_CHSCT.php?rub=37&ssrub=151&dossid=245

http://www.officiel-prevention.com/protections-individuelles/risque-biologique-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=91&ssrub=186&dossid=553

X